L’origine du Bambou

Une paillote et une pergola en bambou sont constituées d’une structure en bambou et d’une toiture organisée par pans couverts de fibre végétale, le NIPA.

NIPAHUT

STRUCTURES DES PAILLOTES et PERGOLAS EN BAMBOU

Avec ses 1500 variétés, le bambou est originaire d’Asie du Sud-Est et de Chine, appartient à la famille des graminées.

Le bambou permet de nourrir, soigner, réchauffer, contenir, bâtir ou abriter depuis des millénaires. Sous le nom de phyllostachys edulis, le bambou moso ou bambou d’hiver est l’espèce la plus robuste à croissance rapide et particulièrement envahissante. Sa tige pousse de plus d’un mètre par jour et peut atteindre 28 mètres en seulement 40 à 50 jours.

Meubles, maisons, textile, assiettes, certaines espèces de bambou sont utilisées dans 1500 applications du quotidien et même la cosmétique. Suivant la nature du terrain, le climat, et l’altitude, le bambou sera de différente taille, de forme, voire de couleur.

Symbole de longévité grâce à sa robustesse, sa flexibilité, et sa résistance aux aléas météorologiques, le bambou survit dans les conditions extrêmes, restant droit et conservant son feuillage vert toute l’année. Et quand la tempête arrive, les tiges de bambou se courbent, mais ne rompent pas !

Si seules quelques espèces dans l’aire de répartition asiatique autorisent la construction, le bambou est une incroyable ressource, à croissance rapide. Les bois peuvent atteindre l’âge adulte entre 40 à 150 ans, tandis que le bambou se récolte à maturité en 3 à 4 ans à l’état sauvage sur l’ile de Cébu.

Sa coupe ne génère pas de déforestation puisque les jeunes pousses se développent dans l’année, d’une manière extrêmement rapide. Le bambou est considéré en Asie « envahissant » comme dans nos jardins, le récolter participe à l’entretien des forêts. Le bambou contribue efficacement à lutter contre l’effet de serre et l’érosion puisqu’il absorbe 35% de plus de dioxyde de carbone qu’un d’arbre. Il rejette également 35% d’oxygène de plus qu’un arbre.

Léger à transporter, sa transformation nécessite peu de ressources en énergie fossile. Le bambou dispose d’une résistance mécanique égale à celle de l’acier. Son bois est imputrescible et facilement recyclable, en combustible, poudre.

Riche en silice, il possède des vertus antioxydantes, anti-inflammatoires et dans notre univers de la construction, il est imputrescible.

NIPAHUT

LE TOIT DES PAILLOTES ET PERGOLAS EN NIPA

L’architecture des toits des paillotes traditionnelles aux Philippines est une charpente de forme carrée, composée de 4 pans triangulaires. La charpente est en bambou, solidement fixée sur les sablières des paillotes et pergolas. Des arêtiers en bambou viennent se poser entre les pans du toit pour assurer sa complète étanchéité.

Enfin, le célèbre chapeau avec sa forme ronde a lui une structure en coco. Le coco est plus souple que le bambou pour travailler le rond. Le bambou pourtant souple devrait être immergé pendant des jours et être séché sous contrainte mécanique pour gagner une telle souplesse. Le bilan environnemental est sans appel, nous avons donc opté pour le coco.

Les charpentes de toit des paillotes et pergolas sont « tuilées » de feuilles de palmier Nipa. Le toit est réalisé de manière artisanale avec des feuilles du palmier Nipa abondant dans les marais environnants. Riche en silice, ses feuilles fines et longues, égalisées, sont délicatement pliées à cheval sur une latte de bambou puis tissées entre elles à la main. Ces lattes sont ensuite assemblées à la charpente avec densité pour garantir la totale étanchéité du toit.

Le Nipa est la seule espèce de palmier vivant les pieds dans l’eau ! Ancestrale, son apparition remonte à plus de 70 millions d’années, poussant à cette époque en Europe, en France. Actuellement, le Nipa est présent en Inde, Asie, Pacifique. Il se développe le long des rivières, lagunes ou mangroves. Riche en silice, les palmes de Nipa détiennent une excellente résistance aux UV et sont imputrescibles.

Du palmier, vous ne distinguez que ses palmes, appelées frondes, son tronc étant totalement immergé. Ses racines se développent en faible profondeur et à l’horizontale. Le Nipa couvre ainsi les sols, protège de l’érosion et est le repaire d’une multitude d’insectes, reptiles et de petits animaux.

Aux Philippines, le Nipa est également utilisé soit pour sa sève produisant un carburant non polluant, le bioéthanol avec des rendements jusqu’à 4 fois supérieure à la canne à sucre. Depuis 2014, dans la province de Cagayan les engins agricoles et bateaux de pêche et marchands utilisent le bioéthanol issu du Nipa pour seul carburant.

Autre application, la sève du Nipa est prélevée pour être transformée en une boisson fortement alcoolisée. Ses jeunes feuilles sont également appréciées transformées en tabac. Après cette lecture, vous aurez fait le rapprochement avec le nom de notre société !

NIPAHUT tient son appellation de « Nipa Hut » qui désigne en Asie du Sud et en particulier aux Philippines ses maisons traditionnelles en bambou couvertes d’un toit végétal en Nipa, bien plus résistantes que les chaumes européens.

Le mot « paillote » en Asie du Sud se dit « NIPAHUT » !

L’évasion avec NIPAHUT

Contactez-nous

« * » indique les champs nécessaires

RGPD*
Hidden